fbpx
Tremplin ou auto-saboteur?

Tremplin ou auto-saboteur?

Histoire d’Albert

Albert est un garçon très intelligent.  Il apprend généralement assez vite et il performe dans tout ce qu’il entreprend.  Pourtant, à chaque fois que vient le temps de « faire ses preuves » et de montrer ce qu’il est capable de faire, quelque chose se passe et les choses tournent mal. Chaque fois. On dirait qu’il est maudit…

 

Albert ressent alors de la colère, de la frustration, de la déception et il tombe dans les arguments suivants :

« À moi, rien ne réussit »

« Le succès ce n’est pas fait pour moi »

« Je suis nul contrairement aux autres »

etc.

 

Est-ce que vous vous reconnaissez dans cette situation ou bien connaissez-vous quelqu’un qui se trouve dans cette situation? Si oui, vous n’êtes pas le seul.

Savez-vous que 60% à 70% les gens vivent ce sentiment inconfortable au cours de leur vie?

Ce sentiment, vous le connaissez peut-être, c’est le « syndrome de l’imposteur ».

 

 

Qu’est-ce qui explique cette situation?

On dirait que tout sourit à certaines personnes qui atteignent chacun de leurs objectifs visés tandis que d’autres vont de déception en déception, un échec après l’autre.

Elles pensent donc que c’est le destin, qu’ils sont nés pour vivre ça jusqu’à la fin de leur vie.

Ce n’est pas exactement ça.

Ce parcours semé de frustrations peut être changé, modifié.

 

 

Alors, qu’est-ce qui explique ce raisonnement?

À vrai dire, la réponse viendrait de notre cerveau.

Nous serions programmé à « bousiller », à détruire nos chances de réussite.

Et le coupable, le responsable sont en fait nos croyances.

 

 

Qu’est-ce que c’est les croyances?

Ce sont des idées que nous nous faisons d’une situation, d’une personne, de concepts ou autre que nous prenons pour vrais et qui sont fortement implantés dans notre mental.

 

Ces idées sont bien souvent inconscientes, on ne se rend pas compte qu’on possède cette croyance.  Cependant, elles influencent nos choix de vie et nos actions quotidiennes.

 

Le problème avec nos croyances c’est qu’elles ne sont pas basées sur des faits véridiques et vérifiables mais plutôt sur des idées qu’on prend pour vraies.

Peut-être avez-vous déjà entendu l’argument suivant: « Si elle le dit, c’est que ça doit être vrai ».

 

Certaines personnes appellent ces croyances « avoir des idées préconçues ». Ça vous dit quelque chose?

 

 

Mais d’où viennent ces idées préconçues?

Plusieurs facteurs peuvent créer en nous des croyances :

  • Notre famille. Nous avons entendu bien des idées transmises par nos parents que nous avons « achetées » sans même nous en rendre compte ni être d’accord avec elle en nous disant que c’est ainsi que la vie fonctionne.

 

  • Nos amis. Ils nous ont, eux aussi, transmis des idées auxquelles nous avons inconsciemment adhéré et qui ont modifié notre vie.

 

  • L’école. Les enseignants font de leur mieux pour enseigner, mais parfois, ils nous transmettent des idées, soit positives ou négatives, qui auront un impact majeur sur notre vie. Par exemple : « Tu ne feras rien de bon dans la vie » ou bien « Tu n’es pas bon en mathématiques » ou encore « Telle profession n’est pas faite pour toi; tu n’y arriveras pas ». Ça réveille quelque chose en vous?

 

  • La société. Les médias nous envoient chaque jour, des messages de minceur ou d’alimentation idéale, par exemple et nous pensons qu’il faut les suivre les yeux fermés.

 

Tous ces facteurs, un coup bien ancrés en nous, vont nous faire voir la vie d’une façon bien précise et influenceront tant notre vie que nos pensées. Par exemple, nous penserons : «  Je ne mérite pas ce travail, il n’est pas fait pour moi » ou encore « Je n’y arriverai pas, je ne suis pas capable » ou encore « Les autres sont tous meilleurs que moi ».

 

 

Comment se défaire de nos croyances pour nous créer un meilleur futur?

Une autre chose à savoir :  notre cerveau croit fortement ces phrases puisqu’il les a intégrées et la personne a ajusté ses actions pour « fiter » avec.

Il sera donc difficile de déloger ces phrases si le cerveau s’y accroche avec force.

 

 

Un outil efficace pour contrer nos croyances négatives

Si vous le voulez bien, permettez-moi de vous présenter un outil vraiment efficace pour déraciner nos croyances dévastatrices et limitantes. Je vous explique.

Chaque fois qu’une pensée négative apparaît dans votre esprit, tournez-la en positive.

Par exemple, prenons la croyance  « Les autres sont meilleurs que moi ».

Celle-ci pourrait être remplacée par « J’ai autant de capacités et de compétences que les autres ».

 

Au début, peut-être que votre cerveau ne voudra pas le croire.

C’est normal, on travaille à modifier une idée que nous prenons pour vraie sans même en vérifier la véracité depuis parfois des années.

Il faut persister.

La clé se trouve dans la persévérance.

Donc, continuez de vous répéter votre phrase, si possible chaque matin en vous réveillant et chaque soir en vous couchant.

Il a été prouvé par les neurosciences que ces deux moments de la journée sont les moments les plus puissants pour modifier efficacement un comportement, une pensée, etc.

 

 

Comment savoir que ça fonctionne?

Vous vous rendrez compte que votre croyance sera délogée lorsque votre cerveau et votre corps arrêtera de se braquer contre la phrase positive que vous vous répétez depuis un certain temps.

 

De plus, vous constaterez dans votre vie des changements qui peuvent être tout petits allant jusqu’à des changements grandioses.  Ça varie d’une personne à l’autre.

 

 

Pour aller plus loin

Si vous voulez aller plus loin par rapport au syndrome de l’imposteur et que vous souhaitez vous outiller afin de mieux comprendre ce phénomène et ensuite apprendre à vous en départir avec des méthodes qui vous correspondent, je vous invite à aller voir ma formation « Comprendre et vaincre le syndrome de l’imposteur.

 

Avec toute ma bienveillance,

Nancy Simard, fondatrice de Maître Phare

Si vous souhaitez poursuivre votre route avec moi, vous pouvez me retrouver sur:

Facebook

LinkedIn aussi

Sur Instagram

Moi m’aime

Moi m’aime

À l’approche de la Saint-Valentin et avec l’apparition de tous ces cœurs rouges qui nous envahissent, nous allons nous aussi parler de cette fête de l’amour, mais à la façon Maître Phare.

Dans notre société actuelle, les médias tentent de nous faire croire que nous devons rentrer à tout prix dans un modèle corporel comportant des critères bien précis sinon, nous sommes tristes et pointés du doigt.

Psychologiquement, ces messages sont très difficiles à supporter puisqu’on ne se voit pas tel que l’on est réellement mais bien de la manière dont les médias nous recommande fortement d’être.

On tente plutôt à tout prix d’atteindre les standards fixés par… qui déjà?

Cependant, il est très difficile voire même presque impossible d’atteindre le résultat souhaité parce que trop irréaliste selon plusieurs physionomies humaines.

Et nous continuons à nous faire mal en tentant tant bien que mal (surtout en se faisant du mal) d’atteindre cet idéal pas trop parfait.

 

L’AMOUR DE SOI

Eh bien moi, je vous envoie le message contraire à celui des médias : aimez-vous comme vous êtes.

Sur votre lit de mort, il sera bien trop tard pour commencer à le faire et vous aurez gaspillé combien d’années de votre vie à essayer d’atteindre un objectif irréalisable?

 

 

ON SE PRATIQUE?

Oui, aimez-vous tel que vous vous voyez.

Je sais que c’est une demande difficile à faire pour certaines personnes.

Ainsi, je me permets de vous donner un exercice à appliquer dès maintenant.

Il est simple simple, mais vraiment efficace.

Tout en s’amusant, on découvre des choses importantes nous concernant.

 

 

MISE EN APPLICATION

A) Vous aller fixer votre attention sur 1 partie de votre corps que vous aimez plus que toutes les autres.

B) Pourquoi l’aimez-vous plus que les autres?

C) Comment elle vous met en valeur?

D) Si le cœur vous le dit, laissez-vous aller à choisir une autre partie du corps et à refaire les étapes de A à C.

E) Et pourquoi pas encore une autre partie de votre corps… jusqu’à faire le tour de chacune d’entre elles.

 

 

MON MOMENT À MOI DE MOI AVEC AMOUR

Cet exercice apporte une douce lumière sur nous et il nous donne l’occasion de nous trouver beau et belle, d’oser nous aimer vraiment même si nous avons des imperfections visibles par les autres.

Tout comme vous, j’ai mes défis corporels.

Par contre, je suis fière de pouvoir vous dire que maintenant, j’arrive à me regarder dans le miroir et à me dire « Je m’aime, je me trouve belle » à voix haute.

Au début, ça sonnait faux à mes oreilles parce que mon cerveau n’y croyait tout simplement pas et mon reflet avait juste envie de m’envoyer promener allègrement.

Au fil de mes tentatives, c’est devenu plus facile et aujourd’hui, j’y prends goût.

C’est mon moment à moi de moi avec amour.

 

 

TEXTE SUBLIME DE CHARLIE CHAPLIN

Je vous partage aussi le texte d’une personnalité bien connue du milieu artistique qui a eu les mots justes pour expliquer bien des choses que nous avons du mal à mettre en mots.

Et à dire que nous l’avons connu dans des films muets!!!

Eh bien oui, ce texte provient de Charlie Chaplin.

Bonne lecture!

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai compris qu’en toute circonstance,

J’étais à la bonne place au bon moment

Et alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle  L’ESTIME DE SOI

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle

N’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle  AUTHENTICITÉ

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai cessé de vouloir une vie différente

Et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive

contribue à ma croissance personnelle

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle  MATURITÉ

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai commencé à percevoir l’abus

Dans le fait de forcer une situation ou une personne

Dans le seul but d’obtenir ce que je veux sachant très bien que ni la personne

Ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le bon moment

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle  RESPECT

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai commencé à me libérer

De tout ce qui n’était pas salutaire :

Personnes, situations et tout ce que baissait mon énergie.

Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle  AMOUR PROPRE

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai cessé d’avoir peur du temps libre

Et j’ai arrêté de faire de grands plans

J’ai abandonné les méga projets du futur

Aujourd’hui, je fais ce qui est correct et ce que j’aime

Quand ça me plaît et à mon rythme

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle SIMPLICITÉ

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai arrêté de chercher

À toujours avoir raison

Et je me suis rendu compte de

Toutes les fois où je m’étais trompé

Aujourd’hui, j’ai découvert que ça s’appelle HUMILITÉ

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.

Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe

Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois et ça s’appelle PLÉNITUDE

 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir

Mais si je la mets au service de mon cœur,

Elle devient un allié précieux.

 

 

Voici un gros message ici aujourd’hui.

Peu importe que l’on soit en couple ou bien célibataire, la première personne à qui on doit partager notre amour c’est… nous-même.

Parce que si on ne s’aime pas personnellement, comment pouvons-nous aimer quiconque autour de nous?

 

Avec toute ma bienveillance,

Nancy Simard fondatrice de Maître Phare

Si vous souhaitez poursuivre votre route avec moi, vous pouvez me retrouver sur:

Facebook 

LinkedIn aussi : https://www.linkedin.com/in/nancy-simard-252817114/

Sur Instagramhttps://www.instagram.com/nan.simard31/

Cette grande dame

Cette grande dame

Lorsqu’on parle du concept  d’  » estime de soi  » tout le monde connaît ce terme.  Pourtant, lorsqu’on nous demande de quoi il s’agit, cela devient plus complexe.

Aujourd’hui, j’ai choisi de vous présenter ce concept d’une manière totalement différente.

J’ai choisi de personnifier ce qu’est l’estime de soi. De passer par l’imagerie, la métaphore en fait.

Entrez donc dans ce monde imaginaire avec moi 🙂

 

PERSONNIFIER L’ESTIME DE SOI

L’estime de soi, je la personnifierais ainsi : comme la première grande dame.  Mais pas n’importe laquelle, non.

Comme celle qui sait reconnaître et apprécier autant :

  • ses forces que ses faiblesses,
  • ses qualités comme ses défauts,
  • ses zones de génie comme ses zones d’ombre.

Elle agit avec tous comme une alliée et non comme une ennemie parce qu’elle sait que tous ont contribué à faire d’elle cette première dame appréciée du peuple.

 

Pourquoi appréciée de tous?

Telle la mère de la patrie, elle aime chacune des personnes de son Royaume en toute bienveillance, sans jugement, sans critique ou sans chantage.

Elle les aime tels qu’ils sont et comme ils sont.  Pour leurs beaux comme leurs moins beaux côtés.

Personne n’a besoin de mettre de masque pour être aimé.

Lorsqu’elle les regarde, elle voit leur essence la plus profonde.

Tout simplement, comme une mère aime son enfant.  Son amour va au-delà des mots.

 

Sa véritable VALEUR

Avec les années, elle a su se donner de la VALEUR, sa juste et exacte valeur.

Sans ajouter de détails superficiels et inutile ou s’enlever quoi que ce soit.

Sa valeur est reliée à qui elle EST et comment elle la fait transparaître dans ses actions quotidiennes pour rayonner sa propre personnalité.

 

Sa connaissance profonde d’elle-même

Forte de sa profonde connaissance d’elle-même, c’est ce qui lui permet de faire le point sur sa réelle valeur.

Elle peut ensuite foncer pour relever chaque défi qui se présente à elle puisqu’elle a une certitude qu’elle réussira ce qu’elle entreprend.

Cela lui apporte force et sérénité.

 

Avec toute ma bienveillance,

Nancy Simard, fondatrice de Maître Phare

Site web

Facebook

Groupe privé LE PHARE

LinkedIN

Instagram